13 juin 2014 : Journée d’étude « Digital stories »

Cette journée d’études intitulée Digital Stories s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche sur les « Images Interactives » porté par le laboratoire Geriico, avec le soutien de la Région Nord Pas de Calais de Pictanovo, et du cluster de recherches Sciences et Cultures du Visuel.

Cette journée d’études intitulée Digital Stories s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche sur les « Images Interactives » porté par le laboratoire Geriico, avec le soutien de la Région Nord Pas de Calais de Pictanovo, et du cluster de recherches Sciences et Cultures du Visuel.

Elle se déroulera le 13 juin 2014, de 10:00 à 18:30, à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société.

DIGITAL STORIES Images numériques & interactions collectives
 

Organisée par Jean-Paul Fourmentraux et Marion Dalibert (GERIICO – Lille 3).

ARGUMENTAIRE

En une décennie, le monde de l’image a été profondément bouleversé sous le double effet d’Internet et des nouvelles ergonomies visuelles/numériques. En passant de deux (cinéma et télévision) à cinq écrans (ordinateur, téléphone portable et console de jeu), le monde de l’image connaît une série de ruptures. Un nombre croissant de dispositifs médiatiques et d’œuvres de création proposent de réinventer les mises en scène et les modes de relations aux images, à l’interface du cinéma interactif, des jeux vidéos et de l’Internet. Depuis quelques années, les web-documentaires, fictions, clips et jeux interactifs ou serious games fleurissent en effet sur le web, ce qui apportent à la fois de nouvelles possibilités artistiques aux créateurs, et placent le public dans une situation nouvelle. Ces évolutions conduisent notamment à délaisser l’idée d’image (ou de narration audiovisuelle), conçue comme étant achevée et unique, au profit de propositions qui prennent davantage la forme de processus ou d’expériences partagés avec le public. Visibles jusqu’alors uniquement sur le web par un spectateur unique, ces nouveaux contenus s’ouvrent également, et depuis peu, à une «expérience collective ». Mais qu’est-ce alors qu’appréhender les images interactives de manière collective? Peut-on envisager ce type d’expériences comme le lieu d’une « négociation » entre artistes, ingénieurs, dispositifs techniques et publics participants et actifs ? Quels types d’interactivités numériques et d’interactions sociales sont en jeu ?

En s’appuyant sur ces nouvelles formes de créations audiovisuelles numériques, notre journée d’études propose ainsi de questionner l’expérience collective qui peut en être faite : une expérience non seulement visuelle, mais aussi médiatique et sociale, tendue entre des figures de l’interactivité et des modes d’interactions sociales.L’interactivité et la jouabilité composent en effet ici deux nouveaux régimes (sociotechniques) d’interprétation des images et médias audiovisuels numériques, qui se doublent d’un renforcement de l’activité d’écriture (de scripts d’usages et scénarios) et génèrent une multitude de postures interprétatives que nous proposons d’interroger. Au croisement de l’innovation artistique et médiatique, le recours à la sociologie et aux sciences de l’information et de la communication – analyse des processus de création, des interfaces et des séquences d’interaction – peut permettre de mieux saisir les formes d’engagements autour des images interactives et de leurs pratiques. Au cours de la journée d’études, l’échange avec différents chercheurs permettra une mise en perspective de ces modes de création et des nouvelles pratiques de l’image numérique sous différents angles :

– par l’observation de nouvelles façons de penser et de concevoir des « récits audiovisuels numériques » (Digital Stories) destinées à une pratique collective et non plus seulement individuelle, – par l’examen des conditions potentielles de la participation du public mises en scène dans des dispositifs informatiques (figures de l’interactivité) ;

– par l’étude de la participation effective, des interactions et de l’implication sociale du public (modes d’interaction entre le média, l’œuvre et son public).

C’est donc le problème de l’articulation entre des interactivités et des interactions et pratiques collectives que cette journée d’études souhaite interroger. À la question « que fait le public ? » se superpose ici la question des modes d’instauration médiatiques. Du côté des médias, de quelle façon anticipent-ils des modes de relations avec les usagers – stratégies de captation, de fidélisation, tentatives de connaître les participants, etc. ? Du côté du public, qu’est-ce qu’être au contact de l’image et des médias dans ce contexte ? Qu’en est-il de la pratique proprement dite ? Et comment rendre compte du vécu et de la perception propre à cette nouvelle génération de « Digital stories » ?

Jean-Paul FOURMENTRAUX


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.