Tous les articles par lchatel

[13 juin 2019] Séminaire n°3 Culture matérielle et visuelle : Genèse d’images

SEMINAIRE INTERDISCIPLINAIRE 3

Jeudi 13 juin 2019 (10h30-18h)  MAISON DE LA RECHERCHE

GENÈSE D’IMAGES:

Imagination et virtualité

coordonné par Laurent Châtel (CECILLE) 

laurent.chatel@univ-lille.fr  

Quelles sont les modalités de formation des images, que celles-ci soient mentales ou physiques, artistiques ou médicales ? L’« aura » qui entoure la « naissance » d’une image nourrit l’idée à la fois de surgissement et de virtualité : nous explorerons cette fascination, tout en étudiant les complexes stratégies de représentation qui façonnent notre perception de l’image émergente.

10h30 Laurent Châtel (UDL- CECILLE)

Introduction et modération

11h Yolaine Escande (EHESS – CNRS)

Le surgissement de l’image dans l’art de la calligraphie et de la peinture en Chine

12h Baldine Saint Girons (Université de Nanterre – IUF)

Imager / imaginer : l’exemple des Prisons de Piranèse

14h Mark Dorrian (Edinburgh University / British Museum)

Emergent Images and Images of Emergence: On Sketches and Sketchbooks, 1700-1900

15h Jean-Pierre Pruvo (CHRU Lille)

Le radiologue face aux images d’IRM

16h Barbara Cousin (doctorant UDL ) et Aurélien Wasilewski (doctorant, UDL)

Table ronde autour de « L’émergence du visuel face aux mots – deux études de cas, William Blake (1757-1827) et William Robinson (1838-1935) »

[28/29 mai 2019] : Séminaire n°2 “Culture matérielle et visuelle” : regards féministes

Programme des journées du 28 et du 29 mai, cliquez sur le poster REGARDS FEMINISTES ou trouvez le déroulé ci-dessous:

Séminaire interdisciplinaire n° 2 

Mardi 28 mai (10-17h) et mercredi 29 mai (10-13h)

REGARDS FÉMINISTES

Pratiques situées en histoire de l’art et études visuelles

animées par

Thomas Golsenne (IRHiS)

contact thomas.golsenne@univ-lille.fr

 

De même que les études visuelles sont arrivées en France vingt ans après les grands débats qui ont agité le monde anglophone dans les années 1990, de même l’histoire féministe de l’art ne s’est pas encore développée comme un champ, une méthode, un regard institutionnalisés et reste à la marge des pratiques dominantes dans les champs académique et muséographique français. Mais ce « retard » par rapport aux études anglophones peut se transformer en avantage si on le considère comme une prise de distance, un regard éloigné mais intense qui permet de clarifier les débats et les positions, d’incorporer les différentes épistémologies féministes et queer qui se sont sédimentées depuis une trentaine d’années, de repérer plus facilement les acquis fondamentaux, les zones de crispation théorique et les manques de la recherche, notamment historique.

Il s’agira de comprendre comment l’histoire féministe de l’art a évolué depuis les années 1980, pourquoi elle perce difficilement en France, de saisir quelles sont les recherches menées aujourd’hui dans cette direction, les enjeux contemporains d’un tel regard et les implications politiques qu’il comporte.

 

Mardi                                            28 mai 2019

10h Thomas Golsenne (UDL – IRHIS)

Introduction et modération

 

10h30 Griselda Pollock (Leeds University)

Abandonnez tout espoir vous tou·te·s qui entrez ici (l’histoire de l’art) ! Quatre problèmes et quatre questions à propos des interventions féministes dans les histoires de l’art

 

11h30  Magali Nachtergaël (Université Paris 13 – Pléiade)

Point de vue et savoirs situés : brève généalogie d’un décentrement

 

Modération : Delphine Bière (UDL – IRHIS)

14h Anne Creissels (UDL – CEAC)

Mon histoire féministe de l’art

 

15h Sophie Orlando (Villa Arson ENSA Nice)

Pour une histoire de l’art intersectionnelle

 

Mercredi                                            29 mai 2019

 Modération : Chloé Maillet (ESBA Angers – ALHOMA)

 

10h Florian Vörös (UDL – GERIICO)

Désirer la norme. La fabrique autosexuelle de la masculinité blanche

 

11h Damien Delille (Université Lyon 2 – LARHRA)

Queer. Une catégorie utile d’analyse historique (de l’art)

 

12h Sam Bourcier (UDL – CECILLE)

Les politiques queer et transféministes de la visualité et de la visibilité à l’ère de la modulation néolibérale