Archives de catégorie : Billets

Conférence “Les images de la science” – vidéo

La conférence “Les images de la science“, prolonge la thématique du dernier numéro de la revue Poli – Politique de l’image , auquel ont contribué Charlotte Bigg (CR CNRS, Centre Alexandre Koyré/EHESS ) et Maxime Boidy (doctorant en Sociologie, FRE LCSE – Strasbourg).

Tous deux sont porteurs d’un projet labellisé iCAVS (2014-2015), respectivement “L’astronomie spectaculaire : explorations historiques et expérimentales de l’expérience visuelle et spatiale des planétariums (XIXe-XXIe s.)” et “Philosophie politique et culture visuelle“.

Le conférence est à voir ici.

“Comment interroger l’imagerie scientifique ? Quels sont les enjeux de la représentation dans les sciences sociales ? À l’occasion de la sortie de son huitième numéro, la revue Poli – Politique de l’image interroge les relations qui se tissent entre images et sciences au cours de trois conférences dessinées. La première portera sur la médiation scientifique par les images, la seconde interrogera la data-visualisation et la production d’images par les scientifiques. Enfin, une troisième conférence réunira nos invités pour débattre des enjeux des Visual Studies dans les sciences.”

Boris Traue : “Le regard absorbé. Pratiques vidéo, théorie sociale, et régimes communicatifs réticulaires”

Le 7 avril 2014, l’Imaginarium accueillait Boris Traue (Institüt für Soziologie,Technische Universität Berlin) pour une conférence unique, inscrite dans le cadre du séminaire transversal Cultures Visuelles (Lille 3 – IRHiS).

Nous le remercions d’avoir mis à disposition du plus grand nombre le texte de sa communication, accessible en suivant le lien ci-dessous :

23 mai 2014 : Atelier de l’axe transversal SCV – Comment penser l’image ? Comment pensons-nous les images ?

L’image peut être considérée comme l’objet interdisciplinaire par excellence, puisqu’elle n’appartient à aucune discipline constituée tout en étant un objet universellement connu. Toutes les cultures, que ce soit sur de la pierre, du bois, du fer, de la toile, du papier, de l’os et même de la peau, ont produit des images : en les dessinant, en les peignant, en les gravant, en les sculptant, en les filmant… D’autre part, ces images créées par l’homme apparaissent dans un très grand nombre de contextes où elles ont pu remplir au moins autant de fonctions différentes. Quelles institutions, quels pouvoirs n’ont pas conçu d’images ? Elles sont en un mot omniprésentes et accompagnent les hommes depuis leur origine…

Ce faisceau de caractéristiques rares et mêmes exceptionnelles amène avec lui cette inévitable question : cette profusion de formes, d’apparences, de fonctions épuisent-elles à chaque fois la définition des images correspondantes qui pourraient être pour seule cette raison réparties en autant de catégories sui generis étudiées en elles-mêmes et pour elles-mêmes ? Qu’il s’agisse de catégories (et de sous-catégories) définies par les genres (tableaux, photographies, dessins, tatouages…), par les fonctions (images religieuses, politiques, esthétiques, scientifiques…) ou par les disciplines tutélaires (histoire de l’art, histoire des religions, anthropologie…).

Ce choix signifierait à coup sûr le triomphe des images, mais n’impliquerait-il pas l’abandon de l’image ? Or tel est bien l’un des buts poursuivis dans cet axe transversal : non pas seulement les images réelles, mais l’image c’est-à-dire ses différentes dimensions noétiques. Autre manière de dire que nous ne visons pas ici un résultat circonscrit à telle image ou tel groupe d’images, mais l’établissement du programme théorique et interdisciplinaire à partir duquel il deviendrait possible de penser toutes les images.

On pourrait, par exemple, tenter de construire des versions idéaltypiques de l’image, c’est-à-dire des « constructions schématiques et théoriques » (Max Weber) qui seront autant de modèles stylisés et homogènes qui permettront à leur tour la formulation d’hypothèses beaucoup plus pertinentes ? Cette fonction heuristique dévolue au schème idéaltypique, qu’il ne faut surtout pas confondre avec une conception idéalisée et moins encore platonicienne de l’image, présente en outre l’avantage de l’interdisciplinarité, puisque, pour s’émanciper des topoï sanctuarisés, elle devra inévitablement s’appuyer sur des relations transversales.
Mais ce n’est là qu’une suggestion parmi quelques autres qui resteront à définir et, surtout, à discuter au cours de cette journée.

Programme

Matinée :

  1. Dubuisson: Introduction « Comment penser l’image en contexte interdisciplinaire ? ».

Ch. Bigg : « Histoire des sciences et images ».

  1. Poncer et M. Guédron : « Didactique tangible. Pour une analyse transversale des images scientifiques. »
  2. Zabunyan: « Penser en images le fonctionnement de la pensée ».
  3. Delbard : « Images fixes, mesures oculométriques et théories de l’attention ».

Après-midi :

  1. Raux : « Histoire de l’art et images ».
  2. Blanc « De l’intérêt de combiner herméneutique de l’image et analyse critique de discours : la démarche de Visuelle Diskursanalyse».
  3. Martinez et M. Boidy : « Genre, race, classe, populisme: l’image contemporaine et les politiques de la visualité».
  4. Grisoni : « l’image de la démo ».

Discussion générale

15 avril 2014 : « Modèles formels et visualisations pour la musique : du classique à la pop »

Journée organisée par le GDR ESARS (Esthétique, Arts & Sciences) (CNRS), avec le soutien du programme Sciences et Cultures du Visuel (Lille 1, Lille 3), du LIFL (CNRS, Lille 1, Lille 3) et de l’IRISA (CNRS, Inria, Rennes 1).

L’étude des structures musicales et de leurs évolutions au cours d’une pièce est un domaine important de la musicologie computationnelle, à la fois dans celle orientée symbolique et celle orientée signal audio. Elle s’appuie à la fois sur des formalisations mathématiques, des modélisations informatiques et des travaux musicologiques. Cette journée d’étude se consacrera à l’analyse de la musique tonale : classique, jazz, pop, rock, chanson, ainsi que d’autres genres de la musique populaire.

Programme et inscriptions : http://www.algomus.fr/2014/gdr-esars

11 avril 2014 : Workshop “Touch-2-Know”

La place du support numérique dans la situation d’entretien

L’informatisation des tests cliniques est devenue aujourd’hui un objectif économique majeur. En effet, l’approche papier-crayon requiert de nombreuses heures de passation et de cotation des résultats ; de plus, elle ne permet pas la mesure quantitative de la chronologie de comportement (temps de réaction, hésitation et temps de mouvement). L’approche adoptée depuis quelques années a été de transférer à l’identique le contenu visuel proposé en support papier sur un support numérique (écran tactile, tablette interactive). Ce transfert de paradigme s’est révélé être problématique. En effet, les utilisateurs n’interprètent pas le sens des items de la même manière sur support numérique. Il est apparu également une limite de la validité des tests (biais de réponse). Enfin, cette approche ne permet pas d’exploiter le potentiel du numérique qu’il serait possible de mettre en place de par une dynamique des contenus.

L’objectif de cette demi-journée de travail sera d’adopter une approche pluridisciplinaire de la problématique de ce changement de support. Ce travail de réflexion permettra d’envisager des règles de conception pour transférer des outils d’évaluation sur support numérique et d’anticiper les modifications du métier d’évaluateur et de thérapeute que cela peut entrainer.

Des intervenants des domaines de la Psychologie cognitive, de l’Ergonomie de travail, de l’Ingénierie du Design et des Systèmes d’informations partageront des créneaux de 20 minutes pour partager, exposer des données expérimentales, et discuter de nouvelles hypothèses.

Cette demi-journée est ouverte à tous.

Pour plus d’informations, merci de consulter le site :

http://touchtoknow.wordpress.com/

7 avril 2014 : Séminaire Cultures Visuelles – Conférence de Boris Traue

Dans le cadre du séminaire transversal Cultures Visuelles (Lille 3 – IRHiS), L’Imaginarium accueillera Boris Traue (Institüt für Soziologie,Technische Universität Berlin) le lundi 7 avril, de 10:00 à 12:00, pour une conférence intitulée Le regard absorbé. Régime communicationnel réticulaire des amateurs de vidéo.

La séance se déroulera au premier étage dans le fonds documentaire (salle FD1).

Le séminaire est ouvert à tous, aussi n’hésitez pas à diffuser l’information auprès de vos réseaux.

Le programme annuel du séminaire est disponible sur le blog de l’IRHiS : http://irhis.hypotheses.org/9483

10 mars 2014 : Séminaire Cultures Visuelles – Conférence de Camille Debrabant

Dans le cadre du séminaire transversal Cultures Visuelles (Lille 3 – IRHiS), L’Imaginarium accueillera Camille Debrabant (Docteure en histoire de l’art – Paris I-Sorbonne) le lundi 10 mars, de 10:00 à 12:00, pour une conférence intitulée Le medium comme enjeu et objet théorique de pouvoir.

La séance se déroulera au premier étage dans le fonds documentaire (salle FD1).

Le séminaire est ouvert à tous, aussi n’hésitez pas à diffuser l’information auprès de vos réseaux.

Le programme annuel du séminaire est disponible sur le blog de l’IRHiS : http://irhis.hypotheses.org/9483

24 janvier 2014 : Workshop “Touch-2-Know” (Yvonne Delevoye-Turrell)

L’objectif du projet Touch-2-Know est de développer une approche pluridisciplinaire pour travailler sur un nouveau paradigme permettant d’assurer la compréhension du sens des contenus visuels lors du transfert de tests neuropsychologiques de support papier à différents types de supports numériques.

Cette première rencontre aura pour objectif d’ouvrir des discussions sur la possibilité d’évaluer l’état émotionnel d’une personne sans verbalisation.

Le projet Touch-2-Know est porté par Yvonne Delevoye-Turrell (Ureca, Université Lille 3).
Il fait partie des projets iCAVS sélectionnés suite au premier appel à projets lancé en 2012.

Voir le programme

19 décembre 2013 : Conférence d’Andrew Tallon, “Visualiser l’invisible: les cathédrales interrogées par le laser”

Le jeudi 19 décembre à 17:00, à l’Imaginarium (salle R1), le Professeur Andrew Tallon (www.gothicstructure.org), spécialiste d’architecture médiévale et des techniques de reconstitution 3D, donnera une conférence intitulée “Visualiser l’invisible : les cathédrales interrogées par le laser”.
Pour davantage d’informations sur l’intervention: Voir le résumé

7 novembre 2013: Inauguration de l’espace recherche SCV

Le 7 novembre a eu lieu l’inauguration de l’espace de recherche Sciences et Cultures du Visuel (SCV).
Dans ce cadre, des rencontres scientifiques ont été organisées, impliquant des chercheurs des laboratoires partenaires, mais également des laboratoires étrangers. En outre, des ateliers et des visites de la plateforme ont été proposées afin de présenter les projets de recherche, et les équipements mis à disposition.

2nde résidence des Baltazars sur le plateau recherche SCV

Les Baltazars, engagés dans un projet soutenu par le fond “Expériences Intéractives” de Pictanovo en collaboration avec l’équipe Edesac de l’Université Lille3, seront sur le plateau recherche jusqu’au 28 octobre.
Pendant cette période, plusieurs collaborateurs leur rendront visite, dont Théo De La Hogue, ingénieur de recherche au GMEA, Centre National de Création Musicale d’Albi-Tarn, à partir du 30 septembre et pendant 2 semaines. Théo de La Hogue est en particulier coordinateur du projet OSSIA (Open Scenario System for Interactive Application), dans le cadre de l’ANR Contenus et Interactions (CONTINT 2012).

28-30 octobre 2013: Symposium international “Vision, action, and concepts”

Les 28-29-30 octobre prochain aura lieu un Symposium international intitulé “Vision, action, and concepts“, au sein de l’espace de recherche Sciences et Cultures du Visuel (SCV), à l’Imaginarium, Tourcoing. Cet événement précédant l’inauguration du plateau de recherche, le 7 novembre, sera l’occasion de faire se rencontrer des chercheurs de renom de différentes disciplines (philosophie, psychologie, neurosciences) travaillant dans les domaines de la pensée incarnée (“embodied perception”) et de la cognition.